Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 janvier 2014 4 30 /01 /janvier /2014 21:43

images-2 19.54.04

 

La Chandeleur est un héritage des Lupercales, fêtes romaines d’où la Saint-Valentin tire aussi son origine, ou encore des Parentelia, fêtes durant lesquelles les Romains rendaient hommage aux morts.


Cette fête calendaire datée du 40ème jour après Noël célébrait à l’origine un rite hébraïque. La purification de la femme devenue mère intervenait 40 jours après la naissance d’un fils, par son retour au temple et la présentation de son enfant.


C'est en mémoire de cet événement, qu'à partir de 492 fut organisée une procession annuelle, au cours de laquelle étaient allumés des cierges bénis. La fête de la Chandeleur tire d'ailleurs son nom du latin festa candelarum (fête des chandelles).


 

Au VIIème siècle, cette cérémonie devait devenir "Fête des Lumières" - festa candelarum - avec l’instauration d’une procession rituelle en hommage à Marie, au cours de laquelle on allumait des chandelles.

Chaque croyant devait prendre un cierge à l’église et le ramener chez lui en faisant bien attention à le garder allumé. Un dicton de Franche-Comté dit d’ailleurs :

 

"Celui qui la rapporte chez lui allumée,

Pour sûr ne mourra pas dans l’année."

 

Ce cierge béni était censé avoir d’autres pouvoirs. On dit que quelques gouttes de sa cire versée sur des œufs à couver en assuraient une bonne éclosion. Et aussi que sa flamme protègeait de la foudre si on l’allumait pendant l’orage.

 

C'est lors de l'une de ces processions qu'est né le traditionnel partage des crêpes chaque 2 février. Afin d'encourager et de récompenser les nombreux pèlerins venus jusqu'à Rome pour fêter la Chandeleur, le pape Gélase 1er leur distribua des crêpes (de crispus, "ondulé" en latin), appelées "oublies" en ce temps, donnant ainsi naissance à une tradition toujours en usage.

 

 

En faisant les crêpes, il fallait respecter une  coutume, celle de la pièce d’or. En effet, les paysans faisaient sauter la première crêpe avec la main droite tout en tenant une pièce d’or dans la main gauche. Ensuite, la pièce d’or était enroulée dans la crêpe avant d’être portée en procession par toute la famille jusque dans la chambre où on la déposait en haut de l’armoire jusqu’à l’année suivante. On récupérait alors les débris de la crêpe de l’an passé pour donner la pièce d’or au premier pauvre venu.

Si tous ces rites étaient respectés, la famille était assurée d’avoir de l’argent toute l’année.

 

Celui qui retournait sa crêpe avec adresse, qui ne la laissait pas tomber à terre ou qui ne la rattrapait pas sous la forme navrante de quelque linge fripé, celui-là aurait du bonheur jusqu'à la Chandeleur prochaine.

 

N’oublions pas les croyances liées à la météo. En de nombreux pays, on croit que le jour de la Chandeleur, un ours sort de sa tanière. Si la température est douce et qu’il voit le soleil, il retourne vite reprendre son hibernage, car il sait que le beau temps ne durera pas. Un proverbe dans le Calendrier des bons laboureurs en 1628 disait :

 

"Si fait beau et luit Chandeleur,

Six semaines se cache l'ours."

 

 

Dans le monde paysan, le 2 février symbolise également la sortie de l'hiver et le retour au travail agricole.

Les chandelles bénies étaient donc conservées par les paysans superstitieux qui les rallumaient dans le but de protéger les futures récoltes. Avec le temps, les crêpes devinrent également un témoignage d'allégeance des fermiers envers leurs seigneurs, qui s'en voyaient offrir chaque année.


 

 

Et qu’en est-il aujourd'hui, dans le reste du monde?


Au Mexique, le 2 février est férié, c’est le «Día de la Candelaria». On se régale de tamales, des petits pains de maïs cuits à la vapeur dans des feuilles, garnis de farces sucrées (crème, raisins…)  ou salées (piment, viande, haricots noirs…). C’est une spécialité qui date de l’époque précolombienne! Selon la tradition, c’est celui qui a tiré la fève le jour des rois qui s’occupe du ravitaillement en «tamales»… Ce même jour, les Mexicains habillent des poupées de petits Jésus de vêtements chics, et les apportent à la messe pour une bénédiction.

 

Au Luxembourg, on célèbre «Liichtmëssdag». Avec des lampions fabriqués par leurs petites mains, les enfants courent les rues en groupes pour fêter la lumière… et surtout demander des sucreries ou même des pièces à leurs voisins, après avoir chantonné des airs traditionnels!

 

Aux Etats-Unis et au Canada, le 2 février, c’est le «Jour de la Marmotte» («Groundhog Day»)… Selon les traditions, c’est le moment de fixer la fin de l’hiver. On observe le terrier de marmottes. Le moment fatidique, c’est le réveil et la sortie du rongeur. Si le temps est nuageux et que le petit mammifère ne voit pas son ombre, ça veut dire que le printemps commencera très bientôt. Par contre, s’il y a du soleil et que la marmotte voit son ombre, elle aura peur et retournera dans son douillet lieu d’hibernation. On dit alors que l’hiver durera encore 6 semaines… Plusieurs villes ont ainsi une marmotte oracle connaissant chaque année un jour de gloire météorologique.

 

Quant aux Anglais, mangent-ils des pancakes le 2 février? Pas vraiment, car leur «Pancake Day», c’est avant tout le jour de Mardi-Gras («Shrove Tuesday»).


 

Aujourd’hui, les processions aux chandelles et autres rites n’existent plus mais on a conservé la tradition des crêpes et on a bien raison, car qu'est-ce que c'est bon !

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Fanette et Sophie - dans Oeil de Lynx
commenter cet article

commentaires

Actus de la semaine

Clin d'Oeil

 

     "Qui pêche en juin, pêche fretin" 

  ( Il y a des pêcheurs parmi nos amapiens??!)  

*  *  * 

Lettre d'information du 21 juin 2014                            

Recherche

Archives

On y va...!