Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 avril 2014 4 24 /04 /avril /2014 21:25

images-copie-1

"Bonjour!

Entre les orteils sous le parasol. En éphémère château dans le tas de l'enfant qui se construit, et du maçon qui poursuit...

Mais tellement ailleurs! ..."

 

Jean-Marie

 

LE SABLE


 Connaissons-nous tous les enjeux environnementaux autour du sable ?. Arte lui a consacré une émission.


On le trouve dans le béton, qui alimente, au rythme de deux tonnes par an et par être humain, un boom immobilier ininterrompu. Mais aussi dans les puces électroniques, le papier, le plastique, les peintures, les détergents, les cosmétiques…

Ce sable que nous aimons fouler du pied ou laisser filer entre nos doigts s’est glissé à notre insu dans tous les interstices de notre quotidien.

L’industrie le consomme en quantités croissantes, plus encore que le pétrole. Peut-être parce que, contrairement à l’or noir, cette matière première perçue comme inépuisable est restée à ce jour pratiquement gratuite. Alors que le sable des déserts est impropre à la construction, les groupes du bâtiment ont longtemps exploité les rivières et les carrières. Puis ils se sont tournés vers la mer, provoquant ce qui est en train de devenir une véritable bombe écologique.

Car le sable joue un rôle essentiel dans la protection des côtes et l’équilibre des écosystèmes marins. Les conséquences de cette surexploitation apparaissent peu à peu au grand jour. Petit à petit, les appétits économiques ont grignoté au moins 75 % des plages du monde, et englouti des îles entières, en Indonésie et aux Maldives, tandis que Singapour ou Dubaï ne cessaient d’étendre leur territoire en important, parfois frauduleusement, du sable.

Disparition des poissons, impact aggravé de l’érosion et des tempêtes, bords de mer devenus lunaires … : face aux timides régulations adoptées pour tenter de limiter le pillage, la « ruée vers le sable » s’est en réalité accélérée, sous l’égide de grandes entreprises multinationales et de mafias locales.


Par le biais d’une investigation méticuleuse, Denis Delestrac parvient à montrer une réalité connue jusqu’ici des seuls spécialistes scientifiques et défenseurs de l’environnement, mais aussi des professionnels des travaux publics – dont les explications accompagnent de saisissantes séquences tournées dans le monde entier. Ici, ce sont les "petites mains" des trafiquants de sable, qui prélèvent leur butin, au vu et au su de tous, sur les plages de Tanger ou en plongeant dans l’eau transparente des Maldives, tandis que des marchands de sable réunis en congrès spéculent sur les juteux profits qu’ils vont engranger, grâce à une ressource qui appartient à tous. Là, c’est l’État de Floride, qui, à grand renfort de dragueuses offshore et de bulldozers, renfloue ses plages en voie de disparition, contribuant ainsi à déséquilibrer davantage l’écosystème maritime qui a fait sa renommée touristique. De leur côté, les élus et la population des Côtes d’Armor, en Bretagne, se mobilisent contre un nouveau projet de dragage. Une exception.

S’il n’est pas trop tard pour agir, plaident les chercheurs et les militants écologistes, l’opinion publique, dont le soutien est indispensable pour infléchir la tendance, reste largement inconsciente du phénomène.


Emission diffusée le mardi 22 avril à 20h50 sur ARTE (74').


A retrouver ici: http://www.arte.tv/guide/fr/046598-000/le-sable#header
Ou bien encore ici: https://www.youtube.com/watch?featur...&v=VOXikTyZxPA

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Marie - dans Oeil de Lynx
commenter cet article

commentaires

Actus de la semaine

Clin d'Oeil

 

     "Qui pêche en juin, pêche fretin" 

  ( Il y a des pêcheurs parmi nos amapiens??!)  

*  *  * 

Lettre d'information du 21 juin 2014                            

Recherche

Archives

On y va...!