Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 décembre 2012 1 17 /12 /décembre /2012 00:28

                                             plumage2

 

  Depuis la création de ce blog, nous avons toujours eu à coeur de partager avec vous nos découvertes, les bonnes ou mauvaises nouvelles du monde, nos "coups de gueules"...


Aujourd'hui, c'est un rapport d'enquête de l'ONG GreenPeace que nous souhaitons vous faire découvrir; car si le "manger sain" est une de nos préoccupations principales, le "vivre sain" en est une autre qui découle naturellement pour beaucoup d'entre nous.


Or, grâce à cette enquête menée dans 29 pays à travers le monde et sur 141 articles textiles toutes catégories confondues (jeans, pantalons, chemises, robes mais aussi sous-vêtements...) et choisis, entre autres, parmi des marques de prêt-à-porter bien connues telles que Zara, H&M, Levi's ou encore Tommy Hilfiger et Victoria's Secret, nous apprenons que nos "Peaux de Bêtes" modernes dont nous nous parons chaque jour ont plus d'un impact sur notre santé.


En effet, outre la fonction nécessaire de nous protéger du froid, de la chaleur, des agressions extérieures (et celle psychologiquement bénéfique de nous mettre en valeur, de nous intégrer à un groupe ou encore d'être le reflet de notre personnalité), il apparaît aujourd'hui clairement par cette étude que nos attributs vestimentaires ne nous feraient pas que du bien. Ils contiendraient à plus ou moins fortes doses des substances chimiques toxiques comme les NPE (éthoxylates de nonylphénols), des phtalates et des colorants azoïques, susceptibles de provoquer des cancers et d'agir en véritables perturbateurs endocriniens (déréglèment du fonctionnement hormonal, impact sur les fonctions de la reproduction, etc...).


Si ces substances, employées par l'industrie textile à des fins détergentes, imperméabilisantes ou autres, ne sont pas nocives au contact direct avec la peau, elles le deviendraient au cours du premier lavage en machine (mais aussi lorsque les vêtements arriveraient en fin de vie). Les composants toxiques se dégraderaient alors dans l'eau, s'accumulant ainsi dans les nappes phréatiques, les sédiments des rivières et nous revenant dans la chaîne alimentaire par l'intermédiaire des poissons consommés et des champs dans le cas d'épandage des boues d'épuration...


Et si nous sommes touchés par cette source de pollution en tant que consommateurs, que dire des ouvriers travaillant au sein de ces usines ainsi que des populations y vivant à proximité? (A l'occasion de deux autres rapports -Dirty Laundry et Dirty Laundry 2 *- GreenPeace avait montré que certains fleuves de Chine étaient littéralement empoisonnés par les rejets toxiques des fournisseurs de grands groupes textiles...)


L'ONG a d'ailleurs lancé un appel aux grandes marques afin que 11 familles de substances chimiques soient éliminées de leurs chaînes de production à l'horizon 2020. Appel semble t-il entendu par certaines d'entre elles qui affirment s'être fixées l'objectif "0 rejet de ces substances chimiques d'ici 2020".


En attendant cette date et parce qu'il faudra bien continuer à s'habiller, de toute évidence la révolution ne passera pas seulement par nos assiettes et les changements de comportement influeront aussi sur le contenu de nos armoires...

 

Finalement, les peaux de bêtes, c'étaient peut-être pas si mal... Non?

 

Pour en savoir plus sur cette enquête, nous vous invitons à lire les sources principales ayant servies de support à la construction de cet article:

- l'article sur le blog de Greenpeace:    link

- l'article paru dans le quotidien Le Monde:   link

 

 

* traduire par: "linge sale" au sens propre comme au sens figuré!

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Fanette et Sophie - dans Oeil de Lynx
commenter cet article

commentaires

Actus de la semaine

Clin d'Oeil

 

     "Qui pêche en juin, pêche fretin" 

  ( Il y a des pêcheurs parmi nos amapiens??!)  

*  *  * 

Lettre d'information du 21 juin 2014                            

Recherche

Archives

On y va...!